Le plus dur, claquer la porte

Ça y est, c’est un nouveau départ, une nouvelle aventure qui débute. Un peu de courage, diantre ! Après quelques mois d’hésitation, je me lance moi aussi dans cette grande messe des états d’âmes cybernétiques. Chacun y va de sa rengaine, de sa complainte et jette en pâture à l’assemblée des internautes ses élucubrations numériques. A la croisée des chemins du nombrilisme, de l’exhibitionnisme et de la thérapie, j’ai décidé d’y planter mon piolet pour voir quel itinéraire initiatique je suis enclin à emprunter. A l’heure où les écoliers parcourent leur derniers chemins scolaires avant l’école buissonnière, où les lycéens affûtent leurs dernières armes pour le grand concours, sésame pour la traversée du désert universitaire, où les premiers vacanciers commencent à transhumer vers les « bronze-culs » du sud, je suis là à emprunter ma sente habituelle : un morceau de Transilien et un bout de ligne 12. Les visages, qui me sont si familiers, restent toujours aussi fermés, mais les rangs commencent dès à présent à se clairsemer. Et je suis conscient qu’au fil des jours, ils seront de moins en moins nombreux à croiser mon regard curieux, conscient que j’observe certains d’entre eux pour la dernière fois. Le shaker estival des mutations professionnelles (choisies ou subies) aura fait son travail. Mais qu’importe, à la rentrée, je me ferais à nouveau une habitude des nouveaux visages. Mais j’ai une pensée pour les partants, bien du courage pour eux. Un nouveau départ commence toujours par une porte qui se ferme …Le plus dur : claquer la porte…

Poster un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *