Auteur : Le perdu

On ne se bat bien que pour les causes qu’on modèle soi-même et avec lesquelles on se brûle en s’identifiant.

– René Char, Feuillets d’Hypnos (1943-1944)

Viendra le temps où les nations sur la marelle de l’univers seront aussi étroitement dépendantes les unes des autres que les organes d’un même corps, solidaires en son économie.

Le cerveau, plein à craquer de machines, pourra-t-il encore garantir l’existence du mince ruisselet de rêve et d’évasion ? L’homme, d’un pas de somnambule, marche vers les mines meurtrières, conduit par le chant des inventeurs…

– René Char, Feuillets d’Hypnos (1943-1944)

Impose ta chance, serre ton bonheur et va vers ton risque. A te regarder, ils s’habitueront.

– René Char, Les Matinaux (1950)

Les lézards

" Il avait aussi des lézards, serpentant par poignées. Ils fuyaient entre les pierres, à la moindre alerte. Leurs aïeux…

Tic Tac

L’Homme, depuis la nuit des temps, tente de dompter la course immuable des aiguilles : du calendrier lunaire à l’horloge…

Le creux de la vague

Entre le passé somptueux et un avenir indéfini mais possible, ces lieux sont au creux de leur vague historique. Travail…

Transformation

Ces derniers temps, je me pose souvent la question de savoir si je mets trop de sens à mes actes.…

Le sas

Une journée particulière qui démarre sous le soleil et fini dans les nuages. Je quitte un monde pour en retrouver…
1 of 6
123456